Categories
Live Update

Cameroun : Déstabilisés par la crise anglophone, les startupeurs ne reculent pas

Au Cameroun, ces derniers mois ont vu l’émergence de plusieurs jeunes créatifs et talentueux dotés

Parmi eux, le jeune Awah Blaise Chi, un déplacé interne des tensions dans le nord ouest et le Sud ouest. En 2019, il est il marque les esprits après avoir présenté des échantillons de son usine de jouets automobiles dénommé Chi Style.

Au Cameroun, ces derniers mois ont vu l’émergence de plusieurs jeunes créatifs et talentueux dotés de gros atouts

Parmi eux, le jeune Awah Blaise Chi, un déplacé interne des tensions dans le nord ouest et le Sud ouest. En 2019, il est il marque les esprits après avoir présenté des échantillons de son usine de jouets automobiles dénommé Chi Style.

Un an plus tard, il est poursuit sa conquête du marché. Contrairement à l’année dernière où il s’inspirait des dessins animés et utilisait du papier pour fabriquer ses premiers gadgets, Blaise est passé à la ferraille, ajoutant des fonctionnalités à ses robots. Ses créations clés comprennent des avions civils, des avions de chasse, des camions et, plus récemment, un chargeur frontal fonctionnel pour mini-pelle.

Après son exposition en 2019, il dit avoir été assisté par des âmes volonté lui permettant d’acheter des équipements plus durables, même si cela reste insuffisant. «Je vais toujours là où je peux trouver de la ferraille, car je n’ai pas les moyens de payer certains matériaux. La création des avions et d’un caterpillar (chargeur frontal) m’a pris environ sept mois, en grande partie à cause du manque de matériaux. Le caterpillar est entièrement en fer lourd, c’est pourquoi il a également pris beaucoup de temps », explique le jeune inventeur à notre rédaction.

Le manque de financement et de ressources n’a cependant pas restreint la créativité du jeune, car il a encore pu améliorer le système mécanique, la conception et le système électrique de ses innovations. Son travail, dit-il, sera plus facile à condition qu’il dispose du soutien, des outils et de l’espace nécessaire.

«J’ai besoin d’un atelier ouvert équipé de bonnes machines comme la machine à plomb, une fraiseuse et une imprimante 3D. Le prototype en fer n’est pas une conception parfaite de ce que j’avais en tête en raison de l’absence de ceux-ci…. J’ai utilisé des pièces de mauvaise qualité pour la construction car ce n’était pas facile à payer », révèle-t-il. Un déficit de ressources matérielles qui lui coûte également ses dégâts corporels. «J’ai eu une blessure grave parce que je n’utilisais qu’une machine de remplissage, une machine de forage et de soudage qui ne peut pas faire un travail parfait.»

Bien qu’il soit incapable de travailler pendant un mois en raison de la blessure qu’il a subie, Awah Blaise se décrit comme un inconditionnel de l’inovation avec dans la tête de nombreux projets.

«Je suis accro à la technologie. Je me sens troublé quand je suis inactif et ne pense pas à quoi créer… J’ai un projet pour obtenir mon doctorat en ingénierie afin d’acquérir des compétences parfaites dans le domaine de la technologie. Aussi, j’ai l’intention de créer une entreprise ici au Cameroun pour que les enfants apprennent aussi. Quand je regarde des enfants européens utiliser des appareils technologiques alors que les jeunes de mon pays ne font pas la même chose, je me pose beaucoup de questions », Awah Chi se lamente.

Appel au soutien du gouvernement

Les projets de Blaise sont peut-être à long terme, mais pour le moment, il fait de son mieux avec les ressources et les accessoires disponibles. Cequi inclue également la formation de plus jeunes en fonction de ses possibilités.

«Il y a environ cinq amis à qui j’ai enseigné certaines de mes innovations et ils sont puissants maintenant… l’un est un frère qui a récemment fabriqué son avion à Bamenda. Quand il a commencé, il ne pouvait en construire qu’une maquette mais quand je suis allé à Bamenda, je l’ai emmené à Douala et lui ai montré où acheter les gadgets électriques dont l’avion avait besoin pour voler. Après cela, il a passé environ une semaine avec moi et je lui ai appris à effectuer le câblage électrique et à utiliser la télécommande sur son avion avant qu’il ne reparte pour Bamenda.

Avec l’aide du gouvernement, Blaise croit que des jeunes aussi créatifs comme lui peuvent se voir montrer le bon chemin et avoir un moyen de s’exprimer librement. Ceci, ajoute-t-il, nécessitera la création d’une structure physique pour répondre à leurs besoins.

«Je souhaite vraiment que le gouvernement puisse créer un centre d’innovation pour les jeunes et leur fournir les outils et ce dont ils ont besoin pour prouver leurs talents innés. Dans l’espace de trois ans, le Cameroun sera plein de jeunes puissants et talentueux en matière de technologie … rien n’est vraiment difficile à faire dans ce monde.

Se servant de lui-même comme exemple, il ajoute que «la plupart des gens croient que seuls les Blancs font des machines et parfois je suis tellement surpris d’avoir sorti la version mini que vous voyez fonctionner. Je crois vraiment que les jeunes peuvent faire équipe et faire quelque chose de plus grand que les gens ne l’imaginent.

Malgré l’existence d’initiatives telles que la semaine des TIC qui voit les jeunes rivaliser avec les créations technologiques, beaucoup pensent qu’il faut faire plus pour identifier, soutenir et nourrir les jeunes créatifs.